Anges

MARDI 13 AVRIL | 20h
EN LIGNE JUSQU’AU 13 OCTOBRE | CONSEILLÉ À PARTIR DE 12 ANS | 1h30

de Anja Hilling | Mise en scène : Nicolas Berthoux
Traduit de l’allemand par Jörn Cambreleng – Texte publié aux éditions Théâtrales, éditeur et agent de l’autrice.
Atelier de création théâtre et vidéo de l’Université d’Angers
En collaboration avec la compagnie Mêtis d’Angers

Théâtre et vidéo | Onirique

Avec : Marie-Anne Jourdain, Juliette Eliezer, Lucille Duchesne, Singou Kamissoko, Julien Francfort, Emma Prest, Victoire Tricoire, Dylan Roncin, Violette François, Killian Brissaud
Création lumière : Stéphane Bazoge
Réalisation et mapping vidéo : Simon Astié
Régie : Zora Renouard

VIDÉO :
Réalisation et images : Robin Alliel, Flavien Caron et Morgan Richard
Technique et montage son : François L’Haridon
Habillage graphique : Studio des Formes

RÉSUMÉ

L’odyssée sur les chemins obscurs de la mémoire est lancée. Trois histoires s’entrelacent, s’entrechoquent, se répondent, se vivent… ou pas.
Ce triptyque interroge sur les facultés de tout un chacun d’appréhender le réel, sur les perceptions du passé et du présent, sur les facéties du souvenir et sur l’omniscience.

– Un jour, un homme a vécu la plus parfaite histoire d’amour.
Celle-ci doit maintenant se répéter, la même femme, le même homme, dix-neuf ans plus tard.
Va-t-il la reconnaître ?
– Une femme se tient devant une porte. Elle dit qu’elle est de retour.
Mais elle est morte il y a trois ans.
La laissera-t-on entrer ?
– Un homme s’excuse. Il a assisté au meurtre d’une femme et n’est pas intervenu.
Mais, le meurtre n’a jamais eu lieu. La femme vit.
Se sent-il mieux pour autant ?

HISTORIQUE DU PROJET

La troupe est née à la suite d’un workshop effectué en avril 2019 sur un week-end autour de la pièce « Anges » d’Anja Hilling. Nous avons pu jouer 15 minutes de ce projet au théâtre « Le Quai » Centre Dramatique National des Pays de la Loire, à Angers. Cette expérience théâtrale entre étudiants de divers horizons accompagnés par Nicolas Berthoux, metteur en scène professionnel de la compagnie Mêtis nous a tellement plu que nous avons continuons l’aventure en montant entièrement le texte « Anges » d’Anja Hilling. Le projet est porté et financé par l’Université d’Angers.

Les étudiant·e·s ont repris les répétitions intensives entre septembre 2019 et le 14 mars 2020. Le but était de terminer la création pour jouer entre mars et juin 2020 dans différentes salles et Festivals. Durant le confinement, le groupe a continué de travailler le texte… et n’a pas perdu sa motivation.

Des répétitions intensives ont repris fin septembre 2020 afin de réaliser le teaser du spectacle, et enfin, en mars 2021, lorsqu’on ne s’y attendait plus, nous avons pu capter tout le spectacle en conditions de représentation, au Château du Plessis-Macé !

NOTE D’INTENTION

L’odyssée, sur les chemins obscurs de la mémoire, est lancée. Trois histoires d’amour s’entrelacent, s’entrechoquent, se répondent, se vivent… ou pas.

Trois actes (La pensée, les blessures, le cœur) d’une « écriture rapide et dense » sondent le soi de chair et d’âme.

Ce triptyque interroge sur les facultés de tout un chacun d’appréhender le réel, sur les perceptions du passé et du présent, sur les facéties du souvenir et sur l’omniscience. Hic et nunc, ici et maintenant, voici la seule vérité à laquelle l’être peut se raccrocher ; le souvenir, en tant qu’élément de la mémoire, n’est plus que spéculation et engendre la blessure, la fêlure.

Asta, la barmaid, à la fois personnage et narratrice, expose et décrit, dans un monologue très cinématographique et qui pourrait être le plan séquence d’un Robert Altman (« The player »), la situation, les protagonistes. Ce long monologue qui fait office de didascalies et de scène d’exposition plonge le lecteur directement dans l’étrange, illuminant tour à tour chacun des personnages comme un marionnettiste pourrait donner vie à sa marionnette. Le théâtre puzzle de l’espace-temps prend forme et les personnages animés y participent tous au travers d’histoires, de conversations qui ont des doublons qui s’entrelacent.

Ce texte et la mise en scène proposée renvoient le spectateur à l’éternel mouvance de la réalité au travers du souvenir. “Les pensées doivent se limiter à la situation présente. Toutes les songeries et les spéculations qui vont plus loin ne font que briser le cœur”.